Actualités

CMS9

Spicilège – Cahiers Marcel Schwob n° 9 (2016)

La Société Marcel Schwob a le plaisir d’annoncer la publication de la 9e livraison de SPICILÈGE – CAHIERS MARCEL SCHWOB

(2016, 158 pages)

centrés sur les contes fantastiques de l’auteur

et La Porte des rêves, livre illustré par George De Feure.

Direction : Bruno Fabre

Rédaction : Bruno Fabre – Agnès Lhermitte
Réalisation : Sylvie Douézy

Tarif : 15 euros

Les commandes sont à adresser à la Société Marcel Schwob :
societe.marcel.schwob@gmail.com

Éditorial
Bruno Fabre

 

 DOSSIER I : Contes fantastiques

Marcel Schwob, conteur d’anticipation

Agnès Lhermitte

Le fantastique schwobien selon Javier Tuso

Agnès Lhermitte

« Le Sabbat de Mofflaines »

Javier Tuso

Cœur double ou un fantastique novateur

Karen Vergnol-Remont

Mains de terreur et d’enchantement

dans les contes de Marcel Schwob

Bruno Fabre

RÉSONANCES

Rabelais, Perrault et Voltaire pervertis

dans « Le Conte des Œufs » de Marcel Schwob (1888)

et dans « Les Œufs » (1912) de Marcel Boulenger

Hermeline Pernoud

Charles Perrault, « Les Œufs » (1912)

Marcel Boulenger

L’Étrange partition sonore de Ramón López

Agnès Lhermitte

Terreur future, une bande dessinée de David B. d’après Marcel Schwob

Bruno Fabre

DOSSIER II : LA PORTE DES RÊVES

La Porte des rêves :

l’imaginaire schwobien transfiguré par la bibliophilie

Agnès Lhermitte

La Porte des rêves :

l’imagerie onirique d’un livre illustré par Georges de Feure

Bruno Fabre

 

Bibliographie sur La Porte des rêves

CORRESPONDANCE

 

Romain Coolus, chantre du « club-clan » de Marcel Schwob

Bruno Fabre

DOCUMENTS

« Le Chinois de Schwob »

Agnès Lhermitte

Deux anecdotes sur Ting, le domestique chinois de Marcel Schwob

George Schwob

Glanures

CMS9
ImageProxy.mvc

Lecture de contes de Schwob au Musée Henner
8 décembre 2016

Lecture de contes de Marcel Schwob

au Musée Jean-Jacques Henner (Paris 17e)

le 8 décembre 2016 à 19h

Ciels de feu et de glace, d’après Marcel Schwob

Création en mai 2014

 

Le comédien Jérémie Le Louët (Compagnie des Dramaticules) revient au Musée Jean-Jacques Henner (il y a donné une magnifique lecture-spectacle du conte « Le Roi au masque d’or » en septembre 2012) pour faire réentendre son interprétation de Ciels de feu et de glace, deux contes de Marcel Schwob (« L’Incendie terrestre » et « La Mort d’Odjigh ») recueillis dans Le Roi au masque d’or (1892).

« Venez découvrir le magnifique jardin d’hiver du Musée Henner et un immense conteur : Marcel Schwob. Les deux contes qui composent le programme Ciels de Feu et de Glace sont des peintures d’apocalypse. Marcel Schwob est sans aucun doute l’un des conteurs les plus visuels de toute la littérature française. Avec « La Mort d’Odjigh » et « L’Incendie terrestre« , il nous emmène à la lisière du fantastique, à travers des contrées aux atmosphères inoubliables. Derniers survivants d’un monde agonisant, ses personnages sont des êtres sacrifiés qui portent en eux la promesse d’une renaissance, d’un monde nouveau. Marcel Schwob embrasse avec une force extraordinaire tous les thèmes chers au symbolistes : les masques, le sang, la pureté, la laideur… ». (Texte de présentation de la Compagnie des Dramaticules).

Réservation indispensable : reservation@musee-henner.fr

http://www.dramaticules.fr/fr/lecture/ciels-de-feu-et-de-glace–2/infos/presentation–7

http://www.musee-henner.fr/

librairie-faustroll

3 livres de Schwob avec envoi à Mallarmé
dans le catalogue 10 de la Librairie Faustoll

Cliquer ici

pour lire les trois envois de Schwob à Mallarmé

dans le Catalogue 10 de la Librairie Faustroll.

 

LIBRAIRIE
FAUSTROLL
Editions originales – Livres illustrés
Manuscrits – Gravures – Photographies
Christophe Champion
22, rue du Delta 75009 Paris
Métro : Anvers
Tel : +33 (0)6 67 17 08 42
e-mail : contact@librairiefaustroll.fr
web : www.librairie-faustroll.com
malais-copie

Schwob bibliophile
par Nicolas Malais

Nicolas Malais, Bibliophilie & création littéraire (1830-1920), Paris, Cabinet Chaptal éditeur, 2016, 452 p., 120 illustrations en couleurs.

Issu d’une thèse dirigée par Claude Leroy, l’ouvrage de Nicolas Malais, libraire d’ancien et éditeur (Cabinet Chaptal), entend montrer que la bibliophilie est devenue au XIXe siècle une véritable pratique littéraire. Autrement dit, l’écrivain bibliophile, non content de collectionner les livres anciens, de s’en inspirer et de les introduire, avec leur maniaque de propriétaire, comme figures de ses récits, va élaborer une poétique fondée sur le livre. La fréquentation physique des ouvrages, le voyage imaginaire dans le temps, s’expérimentent sur le mode d’un enchantement qui se répercute dans l’écriture, voire dans la fabrication des nouveaux livres.

L’étude est centrée sur la fin-de-siècle, car le Symbolisme, à partir de Mallarmé, concrétise la mystique du livre en passant du livre-source (et ses multiples modalités de réécriture) au livre-objet comme forme totale et unique de l’Idée. Le panorama englobe cependant en amont le Romantisme, autour de Nodier et du Bibliophile Jacob, avec leurs bibliothèques électives, pour s’étendre jusqu’aux avant-gardes pré-surréalistes (Apollinaire et Cendrars). Le cœur du livre explore la démarche des quatre écrivains bibliophiles adeptes de « la Machine à exploiter le temps » : Marcel Schwob, Pierre Louÿs, Remy de Gourmont et Alfred Jarry.

Vingt-cinq pages sont consacrées au cas de Marcel Schwob. L’étude du catalogue de sa bibliothèque, véritable miroir de son œuvre par les choix personnels qu’elle représente et les pratiques poétiques qu’elle inspire (éclairées par les mimésis de Ricœur), situe l’écrivain dans la lignée de Nodier ‒ que poursuivra ensuite Apollinaire. Les livres anciens de cette bibliothèque sont « la rampe de l’imagination » dont sortiront notamment Vies imaginaires et La Croisade des enfants. Le mythe du livre court dans les textes (« Lilith » et le maroquin, le motif du parchemin magique) avant de se faire objet par le format (Le Livre de Monelle) et surtout, avec Mimes, par la conception du livre autographique proche de l’incunable, représentant emblématique de ce que Nicolas Malais appelle le « livre d’écrivain ».

Un des intérêts présentés par l’ouvrage est l’originalité de son corpus, composé de catalogues de bibliothèques privées et d’exemplaires rares, souvent absents des bibliothèques institutionnelles. Nombre de ceux-ci sont reproduits au format vignettes parsemant agréablement le texte. [A. L.]

 

malais
visuel-carte-2016-hd-210x300

Salon de la revue
15 et 16 octobre 2016

La Société Marcel Schwob sera présente au Salon de la Revue

les vendredi 14 (20h-22h)

samedi 15 (13h30-17h)

et dimanche 16 octobre (13h30-17h)

aux côtés de la Société des Amis d’Alfred Jarry.

Nous serons heureux de vous y accueillir.

(pour être sûr de nous trouver sur le stand, n’hésitez pas à nous annoncer le jour et la plage horaire de votre venue)

Espace d’animation des Blancs Manteaux

48, rue Vieille-du-Temple  – 75004 Paris

BMN

Mise en ligne d’une partie du fonds Marcel Schwob
de la Bibliothèque municipale de Nantes

Soucieuse du patrimoine littéraire nantais, la Bibliothèque municipale de Nantes a créé et continue à enrichir des fonds concernant Jules Verne, un certain nombre  de surréalistes, la famille Schwob… Le fonds Marcel Schwob, l’un des plus importants consacrés à cet écrivain, constitué en grande partie des manuscrits acquis lors de la vente de la collection de Pierre Champion en l’Hôtel-Drouot (11 décembre 1998), est en cours de numérisation. Bonne nouvelle pour les chercheurs, la plupart des manuscrits, brouillons et épreuves (à l’exception de la correspondance, considérable) sont désormais disponibles en ligne. [A.L.]

Cliquer ici

pour accéder au fonds Marcel Schwob

de la Bibliothèque municipale de Nantes.

Cahiers rouges Macbeth_0001 - Copie

Réédition de Macbeth de Shakespeare
traduit par Marcel Schwob

William Shakespeare, Macbeth, traduit par Marcel Schwob, Paris, Grasset, « Les Cahiers Rouges », 2016, 96 pages.

Parmi la moisson d’ouvrages publiés à l’occasion de la célébration du quadricentenaire de la mort de Shakespeare (1616), la collection « Les Cahiers Rouges » propose une (re)découverte de la traduction de Macbeth par Marcel Schwob, débutée en 1902 et achevée en 1905. Le traducteur, dont le nom est mis en valeur sur la première de couverture, est présenté comme un passeur privilégié au motif que « seuls les écrivains savent traduire les écrivains ». Un texte liminaire, non signé, fait succéder à quelques données biographiques sur Shakespeare une brève notice sur Schwob qui pose problème. On n’a jamais lu autant d’erreurs en si peu de lignes : contre-sens sur les Vies imaginaires considérées comme « des biographies de personnes qui n’ont pas existé » (sic !), inexactitudes biographiques (Schwob ne s’est pas recueilli sur la tombe de Stevenson aux Samoa et aucun document n’atteste sa fréquentation du peintre Manet), erreurs de dates (la traduction d’Hamlet, intitulée en réalité La Tragique histoire d’Hamlet, est parue en 1899 et non en 1901), méconnaissance de la fortune de la traduction de Macbeth, publiée pour la première fois par Pierre Champion, non en 1923 mais en 1928, dans le tome VI (Théâtre) des Œuvres complètes de Marcel Schwob (1927-1930) chez Bernouard, puis rééditée à part chez Sulliver en 1995, édition ignorée par « Les Cahiers Rouges ». On aurait apprécié une notice moins approximative pour évoquer « un des écrivains les plus imaginatifs de la littérature française », nommé par inadvertance Michel Schwob sur la page de faux-titre ! [B. F.]

Cahiers rouges Macbeth_0001

 

Cahiers rouges Macbeth_0002
ImageProxy.mvc

Lecture du « Roi au masque d’or » dans la Drôme
7 et 11 mars 2016

En préambule du Festival Les fêtes nocturnes de Grignan où la Compagnie des Dramaticules créera Don Quichotte cet été, les Châteaux de la Drôme invitent Jérémie le Louët à silloner le département avec ses lectures théâtralisées.

Le 7 mars à 21h > Lecture du conte « Le roi au masque d’or »,

salle J.J. Coupon à Buis-les-Baronnies (26)

Le 11 mars à 20h > Lecture du conte « Le roi au masque d’or »,

au Château de Grignan (26)

PdR1

Conférence sur La Porte des rêves
le 10 mars 2016

La Porte des rêves : conférence et publications

Dans le cadre d’un colloque consacré au charme et organisé les 9, 10 et 11 mars à Bordeaux, Agnès Lhermitte présentera le jeudi 10 mars à 14h25 une communication sur « La Porte des rêves (Marcel Schwob, Georges de Feure, Octave Uzanne) » comme un « exemple charmant de bibliophilie fin de siècle ».

cliquer ici pour accéder au programme du colloque

***

La Porte des rêves a fait l’objet récemment d’une double conférence d’Agnès Lhermitte et Bruno Fabre au séminaire « Livre/ Poésie/Edition-s : une histoire en pratique(s) », à l’Université Paris 3-Sorbonne en avril 2014. Une version synthétique de ces deux communications est à paraître aux éditions des Cendres.

La version longue de ces deux interventions est à paraître dans les Cahiers Marcel Schwob n° 9 (2016).

ImageProxy.mvc

Lecture du « Roi au masque d’or » à Bar-sur-Aube
22-23 février 2016

« LE ROI AU MASQUE D’OR »

Lecture-spectacle du conte

de Marcel Schwob

Création en janvier 2011

 

 

Le 22 fév. à 17h > Lycée Gaston Bachelard à Bar-sur-Aube (10)
Le 23 fév. à 11h et 14h30 > Lycée Gaston Bachelard à Bar-sur-Aube

« Vibrante, assourdissante ou soupirante, la lecture de Jérémie Le Louët fait vivre de façon inouïe ce conte questionnant l’être et le paraître dans de multiples références à l’histoire et au mythe d’Oedipe. Ou quand la présence sur scène de l’acteur, sa voix et sa posture suffisent à donner vie au texte. » Est Éclair